La grandeur oubliée du château de Brosse, à Chaillac

Les visites sont programmées chaque jeudi, à 10 h. 
© Photo NR


Les visites guidées estivales des ruines de Brosse à Chaillac (Indre) rappellent la puissance perdue de ce site qui surplombe la vallée de Bel-Rio.

“Tes ruines ont la fierté de l’aigle. À ton nom surgit tout un passé de bravoure où l’honneur est la règle”,affirmait le poète Émile Vinchon, en évoquant le site de Brosse, à Chaillac (Indre), forteresse construite au XXe siècle par le vicomte Géraud de Limoges, époux de Rothilde de Brosse.

La découverte de ce château, perché au-dessus de la vallée du Bel-Rio, est programmée cet été dans les visites guidées organisées par la Fédération des chemins de la guerre de Cent Ans. Elles sont encadrées par Matthieu Millemann, stagiaire de la communauté de communes Marche occitane-Val d’Anglin, qui termine un master de médiation du patrimoine à l’université de Rennes (Ille-et-Vilaine).

Le passage du Prince Noir et de Dugesclin

La grandeur de ce nid d’aigle, qu’on rejoint par une petite route sinueuse de la commune de Chaillac, est tout de suite soulignée. Il s’agissait de la plus puissante forteresse du Val d’Anglin, bâtie à la croisée de la Marche, du Berry et du Poitou.

S’il faut avoir un peu d’imagination pour se projeter dans le passé, sur ce site en ruines on apprend que les lieux auraient d’abord été occupés par un camp romain puis par des constructions en bois, qui furent remplacées par des édifices en pierre.

Au temps de sa splendeur, le château possédait un donjon et neuf tours. Il n’en subsiste aujourd’hui que le donjon circulaire et sa courtine du XIIIe siècle, ainsi que les tours qui les flanquent, remaniées au XVe siècle. L’enceinte couronnant le promontoire est de la fin du XIIIe.

Propriété des seigneurs de Brosse, de Chauvigny et de la famille de Bourbon-Montpensier, la forteresse fut incendiée par les Anglais au cours de la guerre de Cent Ans. Elle aurait vu passer la Prince Noir en 1356, lors du siège de Saint-Benoît-du-Sault, et le chevalier Dugesclin en 1370.
Une chapelle de 1205 Durant une heure, Matthieu Millemann mêle les commentaires et la pratique en invitant ses accompagnateurs à accéder aux meurtrières ou à entrer dans les vestiges d’une petite chapelle datant de 1205.

Il montre aussi les pierres de grès ferrugineux employés pour construire l’ensemble des bâtiments avant d’indiquer que le château a été occupé jusqu’au XVe siècle et a ensuite servi de carrière pour construire les maisons du petit village de Brosse. Il reste heureusement assez de vestiges pour se plonger dans le passé, en s’imprégnant du tableau légué par Émile Vinchon.

Les visites des ruines de Brosse ont lieu chaque jeudi à partir de 10 h. Réservations à l’office de tourisme de Saint-Benoît-du-Sault au 02.54.47.67.95.